Les émotions sont là pour nous montrer comment nous inter agissons avec le monde extérieur. Elles sont la preuve que nous existons et sommes bien vivants.

Elles sont comme des témoins sur le tableau de bord de notre véhicule, quand le témoin de l’huile ou du carburant s’allume, ce n’est pas dramatique, il nous avertit juste de ce qu’il faut faire pour corriger le problème avant que qqchose de plus grave n’arrive.

Pour nos émotions c’est la même chose, si nous sentons de la colère monter en nous, notre témoin émotionnel nous informe seulement qu’à travers telle situation nous ressentons de la colère. Ce témoin nous invite à aller voir pourquoi cela engendre de la colère pour en comprendre l’origine et y remédier avant que les choses s’enveniment.

Si nous accueillons nos émotions, osons les laisser se manifester et en parler librement à autrui, alors celles ci deviendront nos meilleurs éducateurs pour comprendre notre état interne.

Il est commun de dire j’ai mal ici ou là, par contre il est plus difficile d’avouer avoir peur, être triste, angoissé, ressentir de la culpabilité ou de la dévalorisation.

Avouer ses émotions est assimilé à avouer ses faiblesses, ce qui ne se fait pas dans un monde dominé par la compétition.

Or cacher ses émotions c’est nier une partie de Soi, se montrer avec une façade qui ne reflète pas notre réalité interne. Cela nous met en décalage avec notre Être intérieur, nous jouons un personnage qui s’éloigne peu à peu de son Essence, et qui va créer progressivement une disharmonie dans ses corps subtils qui aboutira plus tard à un problème de santé.

Pour être bien il faut commencer par être bien avec Soi et s’accepter tel que l’on est, sans se mentir et chercher à plaire aux autres. Il faut savoir rire de ses travers plutôt que de se prendre au sérieux.

Le bonheur ne peut se trouver que dans la réalisation de Soi qui nous permet de vivre pleinement chaque instant de notre vie. Le chercher à l’extérieur de nous n’est que pure illusion, il est caché au plus profond de nous, dans notre coeur, et intimement lié à notre façon d’accueillir la vie, de la respecter et la diffuser autour de nous.

1- avant l’événement.

Des scientifiques ont fait l’expérience suivante:

Ils ont relié plusieurs personnes à des électro encéphalogrammes et leur ont projetté sur écran des images allant de scènes d’amour à des scènes de guerre ou de violence , et cela de façon tout à fait aléatoire.

Or il se trouve que le coeur a réagi à chaque fois de façon cohérente en fonction de l’image projetée, mais cela bien avant que l’image soit apparue sur l’écran…

La personne avait donc perçu ce qui allait être projeté à l’avance.

C’est donc pas son cerveau qui l’a analysé ou perçu en premier mais notre double éthérique à travers notre Soi. 

Avant que l’événement soit là, la Conscience Supérieure a déjà averti le double de ce qui allait survenir pour préparer la personne. C’est en quelque sorte ce qui génère l’instinct et nous pousse à agir avant que l’événement se matérialise.

Tout étant conscience, notre Soi a perçu la Conscience de l’événement ou celle de la personne qui allait le générer et a averti notre double éthérique qui à son tour a envoyé l’info à notre psyché et nos canaux extra sensoriels, et ceux ci nous ont poussé à agir avant d’avoir à réagir.

Cela montre que nous avons toutes les informations nécessaires pour nous avertir d’un futur proche, c’est en qq sorte des informations prémonitoires.

Si nous nous mettons sérieusement à l’écoute de notre corps et de nos ressentis, nous percevrons de plus en plus ces signaux.

2- pendant l’événement.

Soit nous ne l’avons pas senti venir, soit l’événement nous est “tombé dessus.”

Alors nous vivons l’émotion liée à cet événement. Elle dépendra alors de notre conditionnement, de notre vécu ainsi que de notre état interne du moment.

Sur un même événement chacun réagira de façon différente en fonction de son histoire personnelle.

Nous avons alors 2 façons de réagir :

Soit nous avons l’habitude de travailler sur Soi et nous allons prendre cela comme une expérience à traverser qui nous permettra d’aller plus loin vers la connaissance de soi en mettant de la distance entre cet événement et nous, soit nous allons le prendre de plein fouet et traverser un tsunami émotionnel.

Dans ce cas, l’événement va générer une mémoire traumatique en impactant notre corps énergétique, nous allons nous sentir vidé, les jambes coupées,.. 

De même notre corps émotionnel va imprimer les émotions émergentes en leur collant cette connotation traumatique que notre cerveau va enregistrer.

Parallèlement à cela notre mental va chercher à expliquer et trouver des responsables extérieurs et à enfermer chaque personnage dans des cases.

Le traumatisme est tout cela à la fois. Il n’a rien à voir avec l’événement qui est déjà terminé. La vie nous l’a servi pour pleins de raisons valables et il n’existe plus, il est passé.

Par contre, le traumatisme est toujours là, et c’est nous qui l’avons créé de toute pièces. C’est notre propre création qui répond directement à notre vécu.

En agissant ainsi, nous ne faisons que rajouter une” expérience négative ” à notre vécu et la vie se chargera de nous fournir une occasion future de le faire resurgir .

En ne réglant pas notre problématique sur le moment, nous ne faisons que remettre ce travail à plus tard. Le vécu sera plus lourd et générera un événement peut être plus douloureux, et cela jusqu’à ce que nous prenions conscience qu’il nous faut changer qq chose dans notre vision des choses.

3- après l’événement.

Si nous avons opté pour le traumatisme alors l’histoire ne s’arrête pas là. Notre vécu traumatique s’est alourdi et notre cerveau va s’en servir pour conforter cet état. La personne va créer des liens avec cet événement en le rendant responsable de sa situation présente. Exemple: si je galère autant aujourd’hui c’est à cause de mon licenciement, on n’a pas tenu compte de mes compétences et me voilà dans des difficultés financières pas possibles…..

La personne n’a rien changé à sa vision de la vie et cherche toujours des responsables à sa situation actuelle. Elle a tendance à se projeter en victime de la vie plutôt que de chercher à “rebondir.”

Ainsi, elle va accentuer son traumatisme et continuer à l’entretenir malgré elle.

Quelle que soit la souffrance vécue sur le moment, rien n’est insurmontable. Ça ne sert à rien de se répéter que c’est la faute à “pas de chances”, mais plutôt me dire qu’est ce que je fais de cet événement ? 

Je veux en souffrir toute ma vie et l’entretenir comme une plante toxique dans mon jardin intérieur ?

Ou bien je vais m’en servir pour définir ce que je ne veux plus et chercher à construire autre chose de positif ?

Soit on se pose en tant que victime, soit en tant qu’acteur, c’est à chacun de faire ce choix de prise de conscience.

De toute façon, la vie répondra à notre choix, nos pensées et nos croyances définissent notre réalité et construisent notre futur.

Nous récoltons ce que nous semons….

 

…Ok, mais alors pourquoi cette émotion est toujours là avec moi ?

Une émotion est un témoin et un témoin est censé être neutre. Nos émotions à la base sont neutres et viennent juste nous avertir de ce qu’on vit à l’intérieur de nous. Mais bien souvent nos émotions sont assez désagréables. Que ce soit la peur,l’angoisse, la culpabilité, la colère, elles nous retournent souvent les tripes, nouent l’estomac, coupent les jambes,…. Tout cela est dû au fait que par le passé,  dans cette vie ou dans d’autres, nous avons vécu un événement douloureux lié à cette émotion et nous n’avons pas cherché à le comprendre pour le pacifier.

C’est comme le gamin qui a un accident de moto, s’il ne fait pas un travail sur cet événement pour remonter rapidement sur sa moto, il y a fort à parier qu’il ne fera plus jamais de moto, il en gardera une phobie incurable.

C’est pareil pour tout traumatisme, dès que le cerveau a enregistré l’événement comme traumatique, l’émotion vécue va garder cette connotation traumatique. Désormais chaque fois qu’un autre événement se présentera à nous en éveillant la même émotion, le cerveau ira chercher tout le mal vécu de cette émotion et nous le resservira jusqu’à ce qu’on fasse la paix avec.

Il faut comprendre aussi que nous vivons dans cette dimension 3D avec nos 5 sens pour ressentir les choses, avec notre mental et donc notre ego.

Si nous vivons une émotion douloureuse il se peut que l’origine de cette blessure se trouve liée à une vie précédente, à un ancêtre bloqué ou à un événement perçu en tant que fœtus et dont nous n’avons aucune conscience.

Il nous est alors difficile de comprendre le pourquoi de la blessure sans avoir recours à l’hypnose ou à la PNL.

Notre inconscient, lui, par contre sait, car connecté à notre Soi, il connaît tout de notre vie passée, présente et future, il connaît donc l’origine du mal être et nous avertit à travers cette émotion qu’il y a qqchose de lourd à libérer lié à elle.

Notre double éthérique et notre Soi communiquent en permanence avec nous et nous envoient des messages. Rien n’est anodin, si nous sommes attentifs, nous percevrons tous ces messages, car tout est juste et parfait quelque part, même si ça nous paraît injuste vu par nos 5 sens.

Notre Soi veut le meilleur pour nous et si nous prenons en compte ses messages et lui demandons de nous guider tout au long de notre vie plutôt que de nous laisser mener par notre ego et notre mental, alors nous avancerons de façon beaucoup plus fluide et agréable parmi les méandres de la vie.

Donc, si la blessure liée à l’émotion nous paraît disproportionnée, il nous suffit de comprendre que par le passé j’ai vécu qqchose de douloureux lié à cette émotion. Peu importe quoi, quand et comment, point n’est besoin de faire des séances d’hypnose pour revivre toutes ses vies passées, ça prendrait trop de temps. Nous connaissons l’émotion à pacifier, il suffit de chercher à faire la paix avec, à la limite pacifier les événements conscients de cette vie et demander que tout ce qui reste de non conscient soit aussi traité.

On peut faire la paix avec son émotion de plusieurs façons, en lui envoyant de l’amour, de la Lumière, en la regardant et en respirant de plus en plus profondément et calmement, en visualisant ce qu’elle peut nous apporter de positif,etc…

Cela suffit, en y revenant plusieurs fois bien sûr, à pacifier cette émotion.

Tout ce que nous percevons en fait est un message que la Vie nous envoie pour nous faire progresser, toutes les expériences que nous traversons, bonnes et moins bonnes, aussi.

Ceci est le fruit de mon accompagnement auprès de plusieurs centaines de personnes qui bien sûr n’engage que moi, mais qui peut néanmoins vous aider à comprendre le côté récurent de certaines situations.

Pour moi, nous sommes avant tout Conscience, immortelle et de Nature Divine. 

Nous n’avons qu’une seule vie à travers une multitude d’expériences, terrestres ou non, à travers des personnages divers et variés, à la fois masculins ou féminins.

Rares sont les personnes qui ne changent pas de genre au cours de leurs diverses “incarnations “.

De ce fait, notre corps physique, notre véhicule actuel, est le prolongement direct de toutes ces vies et de toutes les lignées familiales cumulées.

Il porte l’empreinte de tous nos blocages, limitations, schémas comportementaux, émotions et peurs, de tous ces vécus. Tout cela est hérité de notre passé, stocké dans notre inconscient.

C’est la partie invisible de qui on est, la partie karmique, la partie transgénérationnelle et aussi celle correspondant à notre vie utérine où, bien souvent, nous avons imprimé des émotions appartenant à nos parents et plus particulièrement à notre mère.

Il en résulte qu’on se retrouve à vivre avec des schémas comportementaux, avec des émotions qu’on ne comprend pas, avec des peurs et des angoisses injustifiées.

Alors pourquoi cela ?

Partons du postulat que tout est conscience, et que tout cela est stocké dans ce qu’on appelle “les annales akashiques”, que tout acte posé à une conséquence, que nous récoltons ce que nous semons, en nous référant à la doctrine hermétique.

La Conscience est d’ordre électromagnétique. Notre ADN est magnétique, nos émotions sont la manifestation des impulsions électromagnétiques qui nous traversent activant nos synapses en envoyant des décharges électriques et des substances chimiques dans tout notre corps.

L’émotion que nous ressentons est la manifestation physique et émotionnelle de toute cette activité électromagnétique et chimique qui se passe à l’intérieur de notre corps.

De plus, tout ce que nous vivons est stocké dans notre mémoire mais aussi dans notre ADN.

Nous sommes aujourd’hui la convergence de nos vies passées et de celles de nos deux lignées familiales principales.

Nous représentons et manifestons dans notre vie actuelle la somme de tout ces vécus, de toutes ces informations stockées depuis des millénaires dans notre ADN et qui se retrouvent dans nos différents cerveaux reptilien, limbique, cortex cérébral.

Le cerveau reptilien est lié à notre survie et garde la mémoire de vécu lointain. C’est le siège des grandes fonctions vitales et déclencheur de fuite et de peurs.

Le cerveau limbique est le siège de nos émotions, nos relations, nos mécanismes d’apprentissage d’acquisition . De lui vient le j’aime ou j’aime pas, le bien et le mal, le je veux ou je veux pas. C’est donc de lui que dépendent pour beaucoup notre bien être et notre qualité de vie.

Le cortex cérébral, lui, est le siège de l’analyse, du raisonnement, du vocabulaire et de la créativité. Il se développe et se transforme en permanence au cours de nos divers apprentissages. Il abrite 80% des cellules neuronales du cerveau et à des besoins énergétiques importants.

Notre ADN magnétique garde la mémoire, cad stocke l’information de tout ce vécu.

Cela se manifeste directement dans notre aura qui va rayonner toutes ces informations personnelles autour de nous sans que nous en ayons conscience.

Il est fréquent de dire “je sens pas cette personne”, ou bien “je me sens angoissé dans ce lieu”, etc.”.. C’est que notre aura et notre double éthérique sont rentrés en relation avec une personne ou un lieu et viennent nous avertir des énergies et informations correspondantes.

On ne connaît rien de cette personne mais qq chose nous engage à nous en éloigner ou nous en approcher suivant le cas. 

C’est que nous rentrons en résonance avec notre environnement proche et nous recevons toutes les informations nécessaires à notre bien être et notre survie.

Il est important de comprendre cela, que tout ce qui nous définit rayonne de notre aura vers notre extérieur proche. Toutes les émotions non réglées, cad celles que nous avons gardées avec le traumatisme associé, sont présentes dans notre aura et vont attirer des gens et des événements en résonance avec elles. Par exemple si j’ai une colère récurrente en moi, je la rayonne autour de moi et cela, par résonance, va attirer une personne qui va le ressentir inconsciemment souvent, mais qui va entrer en conflit avec moi et faire resurgir cette colère enfouie.

La Vie veut l’harmonie, le meilleur pour nous, et tout ce qui n’y contribue pas est révélé, mis en évidence pour que chacun en prenne conscience et puisse s’en libérer.

Si nous ne le faisons pas nous continuons à vivre dans un environnement pollué, néfaste, conflictuel, etc,….

De plus, toutes ces informations appartiennent au passé, et la vie nous les fait rejouer tant qu’elles ne sont pas réglées. En quelque sorte il nous est demandé de régler, guérir, pacifier, nos blessures du passé avant de pouvoir vivre pleinement notre vie actuelle, sinon nous ne faisons que faire tourner notre passé en boucle, sans pouvoir construire notre vie présente.

Il faut garder à l’esprit que tout ce qui n’est pas réglé, qui est lié à des traumatismes passés, toutes nos émotions récurrentes, tout cela est diffusé par notre aura à l’extérieur vers notre environnement proche. Notre aura est notre empreinte vibratoire. Tout comme on a des empreintes digitales uniques, propres à chacun, notre aura est unique et reflète la totalité de ce qui nous définit. Plus nous serons avec des charges lourdes et plus notre vibration sera basse. 

Plus nous irons vers notre réalisation en mettant l’amour, le partage et le non jugement dans nos valeurs et plus notre taux vibratoire s’élèvera.

Comme nous fonctionnons par résonance magnétique, nous attirons ce qui nous ressemble et donc de même niveau vibratoire que nous.

Quand nous recherchons un logement, nous allons chercher un lieu où l’on se sent bien. Ça veut pas dire que le lieu est bien mais simplement qu’il est de même Nature vibratoire que vous.

Donc si vous êtes dans de basses vibrations il y a fort à parier que ce soit pareil pour votre lieu.

Plus on s’allège et plus la Vie fait de même.

Chacun est libre de travailler sur lui ou pas, mais il doit garder à l’esprit que la Vie lui présentera ce qui correspond à qui il est dans sa totalité cad pas uniquement dans cette vie… Nous avons tous été dieu et démon, Hitler et Mère Teresa, nous avons goûté à presque tous les fruits de l’arbre de vie et c’est tout cela que nous récoltons aujourd’hui, et de ce que nous ferons de cette vie dépendra la suivante.

L’essentiel est de comprendre que la Vie ne fait que révéler les informations non guéries qui se trouvent dans notre ADN et notre aura afin de s’en libérer pour vivre pleinement le moment présent dans une parfaite harmonie. Visiter ses zones d’ombre n’est certes pas une partie de plaisir mais ce n’est qu’ainsi que nous viderons progressivement notre sac à dos pour accéder à une vie plus fluide et plus sereine. 

Si nous ne changeons rien en nous, rien ne changera dans notre vie.

cc

On peut bien sûr aller vers un thérapeute de notre choix, mais on peut aussi commencer le travail par soi-même si on n’a pas peur d’affronter ses zones d’ombre ou si le traumatisme n’est pas trop fort.

1- prise de conscience.

 La première chose à faire est de prendre conscience du caractère récurrent de telle ou telle émotion, situation, comportement, et de voir le côté limitant de cet état et de choisir de s’en libérer. C’est un constat.

Qu’est ce qui me dérange dans cette émotion, avec quelle fréquence elle revient, avec quelle intensité , agréable, désagréable ou très désagréable.

Sa présence entraîne quoi en moi ? Je vais l’accepter jusqu’où, jusqu’à quand?

Ai je vraiment envie d’en changer? Suis je prêt à faire un travail soutenu sur moi pour que cela change?

N’ai je pas un bénéfice secondaire caché qui ferait que je préfère voir la situation perdurer ?

Notre prise de conscience sert à définir notre état, à faire un premier bilan de notre situation émotionnelle en question, et de poser le choix, ou pas, de changer.

( voir les vidéos de Frédérick d’Auterive sur YouTube tube ainsi que celles de Thomas d’Assembourg)

2- l’analyse.

 Le travail suivant consiste à analyser la situation à l’instar d’un travail en PNL.

Après ce premier bilan et la décision posée du changement à opérer, je vais regarder quels sont les éléments déclencheurs de cette émotion par exemple. Quels sont ils ? 

Y en a t’il un seul ou plusieurs ?

Quand cela arrive, comment je me sens, ça  se manifeste immédiatement ou progressivement ? Ai je le temps de le voir venir ou pas ?

Ensuite, une fois défini ce que je ne veux plus , je  vais réfléchir par quoi je veux remplacer ce comportement ?

Ça va m’apporter quoi concrètement ?

Intérieurement je me sentirai comment?

Qu’est ce qui pourrait m’empêcher de réussir ?

Enfin, comment je vais m’y prendre pour réussir ?

Comment je vais savoir si j’ai réussi ?

Tous ces questionnements vont définir ma stratégie à mettre en place.

3- la mise en place.

On comprend que quand on parle de gestion de l’émotion il ne s’agit pas de la faire disparaître ou de la faire taire. 

C’est plutôt aller voir pourquoi elle est là, chercher à la pacifier, voir quelles croyances sont liées et justifient cette émotion, pour enfin travailler en conscience sur ces croyances.

Le but est de rendre le caractère de neutralité à cette émotion, de lui retirer la connotation traumatique qui est collée à elle pour qu’elle continue à jouer son rôle d’avertisseur sur mon état interne.

Pour cela, on peut par exemple demander à son Soi de supprimer toutes les mémoires traumatiques liées à cette émotion et de nous aider à pacifier cette émotion.

Parallèlement à cela, on peut noter sur une feuille tout le mal vécu lié à l’émotion, tout ce qu’on ne veut plus vivre. 

Sur une autre page, on va noter ce par quoi on souhaite le remplacer.

Symboliquement on peut brûler la page qu’on veut plus et l’enterrer en demandant à la Terre de transmuter toutes ces souffrances.

Garder ce par quoi on veut les remplacer à portée de main pour y revenir dessus et vérifier si nos émotions et nos pensées évoluent dans le bon sens ou pas. Est ce que mes pensées correspondent à l’ancien schéma ou au nouveau souhaité ?

Ceci est un travail simple certes mais efficace, qui déjà va permettre de se sentir plus à l’aise avec cette émotion “en prenant de la distance”, en osant la regarder, ainsi on pourra plus facilement en parler, et éventuellement se faire aider.

“Surveille tes pensées, elles deviennent des mots. 

Surveille tes mots ils deviennent des actions. 

Surveille tes actions, elles deviennent des habitudes. 

Surveille tes habitudes elles deviennent ton caractère. 

Surveille ton caractère, il devient ton destin , et ton destin sera ta vie.”         Lao Tseu.

À travers cette pensée millénaire de Lao Tseu il est aisé de comprendre que nos pensées sont à l’origine de tout.

Une grande partie des pensées qui nous traversent l’esprit ne nous appartiennent pas, elles trouvent leur origine sur le plan astral dans lequel évolue notre mental et appartiennent bien souvent à la conscience collective cad aux pensées émises depuis les origines de l’humanité. D’autres proviennent des 7 premières années de notre vie où notre cerveau a absorbé comme un buvard la majeure partie des comportements familiaux, et nos pensées sont en résonnance avec celles de nos parents, tout comme notre façon de communiquer et de penser.

(La pensée est de nature électromagnétique et est conservée en tant qu’ information sur le plan astral.)

Une infime partie de nos pensées vient directement de notre mental, notamment quand nous analysons un situation ou posons un jugement.

Quand nous portons un jugement, notamment sur une personne, nous enfermons cette personne dans un cadre qui nous arrange et nous ne lui permettons pas de manifester tout ce qu’elle pourrait nous apporter sans ce jugement.

En jugeant nous nous limitons à ce que nous connaissons et rejetons tout ce qui ne rentre pas dans notre cadre de croyances.

En fait nos croyances sous tendent nos pensées. 

Notre vécu traumatique a généré sur le plan mental des croyances et des cadres dans lesquels nous avons enfermé toutes les situations incomprises ainsi que les personnes responsables. 

Pour protéger la “victime”que nous sommes, nous avons érigé des barrières de protection de plus en plus hautes envers tout ce qui nous est inconnu et synonyme de danger.

L’ensemble de ces croyances vont définir la liberté que nous allons nous octroyer pour aller vers l’inconnu, mais aussi nos peurs, nos limites et notre façon de penser.

C’est ce qu’on appelle notre “carte du monde”, cad la façon de percevoir, ressentir et analyser tout notre environnement proche.

Si nous ne changeons rien à cela, nous ne ferons qu’élever de plus en plus haut nos propres remparts, nous coupant ainsi de multiples occasions de pouvoir changer et échanger pour enrichir notre quotidien, par simple peur de l’inconnu.

Ces croyances définissent donc notre façon de penser et celle ci, tout comme nos émotions, est un moyen simple et imparable de contrôler notre état interne.

Chaque fois que je juge quelqu’un, je le regarde à travers mon échelle de valeurs et mes croyances, souvent je me sens bien meilleur que lui et me permets de le juger de moche, incapable, stupide, prétentieux,etc,…

On peut certes ressentir à travers une situation particulière que telle personne se comporte d’une façon stupide, sans pour autant condamner cette personne et la juger stupide. C’est très différent. D’un côté on analyse une situation, un comportement, de l’autre on juge une personne.

Donc chaque fois que j’émets un jugement je m’isole de l’autre et me limite dans mon relationnel et ma possibilité de changer.

Si nous gardons en mémoire que nous ne percevons dans le meilleur des cas que 3% d’une réalité, pourquoi serais je meilleur que l’autre? 

De quel droit je m’autoriserai à le juger? Pourquoi aurai je plus raison que lui ?

( voir la technique du oponopono  pour travailler le non jugement)

Tout cela nous fait revoir notre mode relationnel,  comment nous communiquons et interagissons avec les autres. 

Quand nous arrivons à progressivement lâcher ce jugement nous accédons à une dimension plus vaste, nous avons lâché pas mal d’ego mal placé et nos relations deviennent plus simples et plus fluides. 

Et comme tout est lié, moins de jugement dans notre aura entraîne moins d’agressivité et attirera des personnes différentes et plus positives.

( Pour une communication saine, lire les 4 accords toltéques de Miguel Ruiz.)

Il ne dépend que de nous de changer, changer notre perception du monde, notre relation aux autres et surtout à nous mêmes.

Pour cela nous avons des outils très efficaces, ce sont nos émotions et nos pensées, qui a tout moment nous renseignent sur notre état interne.

Telle émotion nous dérange et nous fait mal, libre à nous d’aller voir les zones d’ombre dans lesquelles elle se cache. Invitons la à notre table, mettons nous à son écoute, qu’à t elle à nous dire?

Si nous faisons le calme en nous et souhaitons réellement la comprendre, alors avec le temps elle finira par nous dévoiler le pourquoi de sa présence.

De même nos pensées nous renseignent sur notre niveau de conscience. Plus nous jugeons et plus nous sommes dans l’ego qui défend son territoire et bien loin nous sommes avant de pouvoir atteindre l’amour inconditionnel.

Vous pouvez estimer que vous êtes dans et le non jugement, que ce soit en Conscience, par éthique ou par choix, mais vous verrez que parfois vos pensées vous surprendront comme elles m’ont surpris à manifester de la suffisance ou de l’orgueil.

Comment, moi de l’orgueil ?

Et oui, la pensée ne trompe pas, elle répond à vos croyances, et si vous pensez avec de l’orgueil, c’est que dans un recoin de votre être se cache des mémoires d’orgueil.

Alors il est facile d’y travailler dessus et d’y être vigilant à chaque fois qu’elle se représentera. Plus vite vous descellerez sa présence et moins elle aura de prise sur vous, jusqu’à totalement disparaître.

C’est un travail de pleine conscience, un peu fastidieux au départ, mais qui devient très vite automatique et très efficace.

Changer ses croyances et ses pensées est cependant un travail à long terme car cela ne suffit pas. Notre cerveau a acquis des automatismes relatifs à nos anciennes croyances et il va falloir être vigilant pour les repérer en surveillant nos pensées et mettre en place une reprogrammation mentale correspondant aux nouvelles croyances souhaitées.

Quand nous avons fait un travail pour supprimer toutes les limitations d’ordre karmique, transgénérationnel et utérin, notre corps n’a plus de contraintes et retrouve son vrai libre arbitre. C’est comme si jusque là il était bridé, je souhaite aller dans ce sens mais il y a toujours qqchose qui me ramène là où j’étais. Tout le travail que je mets en place pour évoluer a du mal à porter ses fruits, je fais 2 pas en avant et 1 en arrière, c’est vraiment pas fluide, je me sens un peu découragé,…..

C’est tout simplement que ces contraintes du passé s’imposent à notre présent et demandent à être traitées pour pouvoir continuer notre route. Tant que le passé n’est pas dépassé et réglé, je continue de rayonner ses informations dans mon aura et générer une vie liée à ce passé avec les mêmes limitations.

En fait je vis dans le passé au lieu de vivre pleinement ma vie actuelle car je ne peux pas exercer mon libre arbitre.

Par contre, quand toutes ces contraintes du passé ont été supprimées, nous retrouvons notre libre arbitre.

À ce moment-là le corps n’a plus de contraintes et il va falloir lui donner une nouvelle feuille de route tout simplement en formulant ce que je veux et ce que je ne veux plus dans tous les domaines de ma vie.

Ça va me permettre de définir un cap à suivre et aussi de veiller sur mes pensées en les réalignant avec ma nouvelle orientation de vie.

Le but premier de toute vie est de manifester que nous sommes vivants et donc d’exprimer la Vie en nous et autour de nous.

C’est exprimer l’amour qui est en chacun de nous, envers soi tout d’abord et ensuite à l’égard des autres et de le manifester dans nos pensées, nos paroles et nos actes.

Rien n’est plus fort que l’expérience d’un vécu, on peut décider d’aimer tous les êtres mais si cela reste de la théorie peu de choses changeront en nous.

Par contre, dès que nous essayons de le mettre en pratique, cela nous montrera nos limites et ce sur quoi nous avons encore à travailler.

Nous ne pouvons nous élever en conscience qu’en nous confrontant aux autres, en osant regarder en face le reflet que leur miroir nous renvoie.

Les 4 accords toltèques nous demandent de toujours donner le meilleur de nous mêmes. Ainsi nous n’avons rien à regretter. Nous ne sommes pas toujours au top pour faire qq chose mais l’essentiel est de faire de son mieux en toute circonstance.

Si nous avons cultivé suffisamment notre humilité et notre humour, alors nous sauront accueillir le jeu des miroirs pour ce qu’il est, cad nous percevoir dans le regard de l’autre, dans sa réalité et ses croyances.

Le but de la vie c’est aussi vivre pleinement chaque instant, car c’est le seul qui existe, le passé est derrière nous et le futur n’est pas encore arrivé.

“Vis comme si tu devais mourir demain, apprends comme si tu devais vivre toujours ».     (Mahatma Gandhi)

En dehors de ce moment rien n’existe vraiment, c’est comme considérer que seul ce moment est vrai et si en plus il est vécu pleinement alors il nous guidera vers la paix intérieure. Rien ne sert de projeter des peurs, de spéculer sur l’avenir, d’interpréter tout ce que nous vivons à travers nos filtres, d’imaginer ce que les autres pensent. Tout cela n’est que futilité et nous dessert pour vivre le moment présent, nous en éloigne.

Pour le vivre pleinement il nous faut nous ré approprier les outils que la Vie nous a donnés. Nous reconnecter à la Terre, à la Nature, à notre corps, à nos ressentis, nos émotions et nos pensées. Ce n’est qu’en les utilisant au quotidien que nous saurons de mieux en mieux qui nous sommes, ce que nous aimons, ce que nous voulons et ne voulons plus.

Nous deviendrons ainsi de plus en plus acteur de notre vie, non plus victime mais bien acteur et créateur de lendemains meilleurs, accueillant chaque expérience de vie, bonne comme moins bonne, comme un moyen de nous élever un peu plus en Conscience et en amour.

Ainsi nous nous approcherons de notre Essence de Vie, de qui nous sommes réellement, qu’on l’appelle âme, petite voix, conscience supérieure ou Soi.

Nous pourrons ainsi nous sentir pleinement légitime dans cette vie, exister pleinement et le manifester sans retenue dans notre quotidien.

Pour aller plus loin, on peut même considérer qu’étant pure Conscience issue de la Source, nous expérimentons ce moment présent pour accéder à plus d’amour inconditionnel et rejoindre progressivement l’Amour du Divin en nous.

C’est comme si le temps n’existe pas, que passé, présent et futur, ne sont que la même expression de qui nous sommes à un moment donné et qu’à tout moment on peut tout réécrire.

Si je change ma façon de penser et vais vers plus d’ouverture, alors cela change mon présent qui va devenir mon passé mais change aussi mon futur que je vais attirer avec ces nouvelles informations.

Mais en fait ces 3 dimensions du temps coexistent en même temps. Nous sommes la continuité de toutes nos vies précédentes et tout notre passé est englobé dans notre présent et peut être totalement guéri et apaisé.

Cela réécrit totalement nos futurs potentiels. Quand nous venons au monde notre futur est déjà écrit uniquement si nous ne changeons rien dans notre façon d’agir. Alors oui tout est écrit comme une fatalité jusqu’à la date de notre mort.

Mais dès que tu poses un choix qui modifie tes pensées, croyances et vision du monde, alors tu réorientes ton futur vers d’autres horizons, et ce à tout moment, car tu es en train d’écrire le livre de ta vie.

De par la vision quantique la matière est à la fois onde et particule, selon comment on la regarde. Cela veut dire aussi que l’on peut se voir particule en tant qu’individu lambda vivant à tel endroit, mais aussi qu’on peut se voir onde présent dans plusieurs endroits simultanément et se projeter dans tous nos futurs potentiels pour nous diriger vers notre meilleur, guidé par nos intuitions et notre Soi profond.

Libre à chacun de faire le choix qui lui correspond aujourd’hui.

Demain est un autre jour. Il faut savoir se coucher en pensant qu’on va mourir à tout ce qu’on a vécu, cad qu’on va digérer et pacifier tout le vécu de ce jour, pour renaître tout neuf au lendemain, prêt à de nouvelles aventures.

Une seule chose est réelle, qui on est et ce qu’on vit dans le moment présent.

La Vie pour chacun de nous ne se trouve que là et nulle part ailleurs.

Oser vivre pleinement et partager le peu qu’on sait. 
 
 En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez…..que la voie la plus rapide pour apprendre quelque chose est de l’enseigner.
N’attendez pas, par conséquent, de” tout savoir sur quelque chose “ou de maîtriser ce que vous souhaitez partager avant de commencer à le partager. 
Le monde a plus besoin de ce que vous savez déjà que de ce que vous souhaitez apprendre de plus. Donc enseignez, partagez, aidez les autres. Et ne vous inquiétez pas plus que ça de ce que vous ne” savez pas.” Inquiétez vous plutôt de ce que vous ne faîtes pas, parce que vous nous privez pendant que vous attendez de devenir un “expert.”
Vous savez maintenant pourquoi vous avez entendu ce message aujourd’hui.
( Extrait de conversation avec Dieu de N.D.Walsh )
Souscrivez à notre Newsletter

Souscrivez à notre Newsletter

 

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelle de l'Asso Lumi

Vous avez bien été inscrit à notre newsletter