LE PROJET.

Dans notre vision du monde, l’humain et la Terre ne se limitent pas à la seule perception physique. Tout est Conscience et c’est cette Conscience qui commande la Vie. Plus on purifie cette Conscience, et plus on élève le taux vibratoire de la vie qui nous entoure.

Le projet expérimental consiste à agir sur plusieurs volets à la fois:

– un volet cultural avec un maraîchage en permaculture couplé avec de l’agroforesterie fruitière ainsi que des essais en aquaponie et en spiruline . La permaculture n’est pas seulement un mode de culture, c’est aussi une philosophie de vie, une prise de conscience respectueuse de l’homme et de son interaction avec la Nature. C’est aussi une recherche permanente de compréhension du fonctionnement de la Vie dans le sol, chercher à être le plus efficace possible avec le moins de travail à produire.

Les 3 volets suivants nous mènent encore plus loin dans notre recherche de compréhension. C’est essayer de comprendre pourquoi et comment une forêt arrive à pousser toute seule sans l’intervention de l’homme, comment se constituent et se renouvellent les forêts primaires, comment les plantes colonisatrices arrivent sur des parcelles abandonnées pour recréer la vie et préparer l’arrivée des suivantes.
La Nature dont nous sommes partie intégrante est avant tout pure Conscience. Elle est gouvernée par la Vie, une Conscience organisatrice parfaite qui définit les équilibres à respecter, et tout cela est assuré et orchestré par le monde invisible. Car ce ne peut être le fruit du hasard.
Nous allons donc expérimenter les 3 volets suivants pour chercher un début de réponse.

– un volet géobiologie afin de purifier et faire remonter le lieu vibratoirement pour ensuite positionner les arbres sur des réseaux telluriques positifs.
– un volet électroculture pour expérimenter cette technique et celle des ondes de forme ainsi que leurs influences sur le végétal.
– un volet sur les énergies subtiles et la communication avec les êtres de la Nature pour trouver les meilleures stratégies culturales.
Le bilan de tout cela nous permettra d’évaluer toutes ces interactions et d’en voir les incidences sur le monde physique.

1- Agroforesterie fruitière

Le projet de l’association Lumi sur ce lieu de 3ha de sable nu sans végétation ni arbre est de créer un environnement basé sur un reboisement de la parcelle en agroforesterie fruitière couplé avec une activité de maraîchage.
Des arbres fixateurs d’azote vont être plantés afin de fixer cet azote, d’enrichir le terrain en matière organique par les feuilles et les racines fines des arbres qui se décomposent chaque année et de créer tout un réseau racinaire qui va favoriser l’interconnexion avec la partie maraîchage et la partie fruitière.
Cela permettra en outre d’avoir un apport conséquent en matière organique sur place, en plus de l’ombrage et des micro climats générés.
Tout cela va contribuer à améliorer la vie du sol en nourrissant tous les auxiliaires.

Par une étude géobiologique du lieu ces fixateurs d’azote seront positionnés sur des croisements de réseaux Hartmann positifs afin de favoriser leur développement ainsi que leur impact sur le reste de la végétation.

Outre ces arbres qui vont quadriller le lieu, des fruitiers seront plantés dans leur alignement, définissant ainsi une multitude de parcelles différentes où l’on pourra cultiver des légumes ou des petits fruits.
Vous trouverez ci dessous un dossier du GRAB concernant ce genre d’initiative:
Étude issue du projet SMART, regrouper les projets d’association maraîchage et fruitiers en agroforesterie.

 

Le projet va donc se décomposer comme suit:
– nettoyage de la parcelle
– relevé géobiologique des croisements Hartmann
– étude pédologique du sol
– mesure pH
– quantifier les arbres fixateurs d’azote
– positionnement des fruitiers
– installation des serres
Tout ceci pour avoir un projet quantitatif pour l’automne 2019 et mise en place des arbres cet hiver.
Ensuite on pourra compléter le schéma par la mise en place de haie fruitière telle qu’ expérimentée par le conservatoire végétal d’aquitaine.

Couplé à ce volet cultural, une production de spiruline à dimension familiale, servira d’apport nutritif en protéines ainsi que de support à des formations pour permettre de diffuser largement ce modèle très efficace. Il faut savoir qu’elle nécessite 500 fois moins d’espace que l’élevage bovin, par exemple, pour produire un kilo de protéines ainsi que 2500l d’eau contre 13500l.
Un autre mode de culture viendra s’y adjoindre, c’est l’aquaponie, qui elle, ne nécessite que 10% d’eau comparé à la culture en plein champ du même végétal

Tout cela est pensé dans l’esprit permacole, cad que chaque élément ait plusieurs fonctions et chaque fonction soit assurée par plusieurs éléments.
L’idée est de prolonger la production sous serre grâce à un compost volumineux qui produira de la chaleur dont on pourra récupérer une partie afin de chauffer de l’eau.
Cela permettra de maintenir l’eau à une température de 25° pour les poissons et les cultures dans le cadre de l’aquaponie et une température autour de 30/35° pour la spiruline le plus longtemps possible.
La masse du compost et le volume d’eau tempérée va servir d’une part à chauffer la serre pendant la période novembre- avril tout en prolongeant la durée de production.
En mai, il suffira de défaire le tas de compost pour amender la serre et les alentours.

2- Approche énergétique.

Dans notre vision et perception de la Vie, les pensées humaines ont un impact très important autant sur les lieux que sur les personnes. Nous sommes des êtres de relation et tissons des liens avec chaque lieu et chaque personne que nous rencontrons.
La science reconnaît aujourd’hui que nos pensées sont créatrices et rejoint l’idée que “nous récoltons ce que nous semons”. C’est vrai pour l’homme mais aussi pour la Terre qui garde en mémoire vibratoire tout ce qui s’est passé sur un lieu depuis la nuit des temps. Pour vérifier cela il suffit d’aller sur d’anciens champs de batailles et ressentir en nous les énergies du lieu. Les radiesthésistes et géobiologues peuvent mesurer le niveau vibratoire d’un lieu à l’aide de divers outils ou d’un simple pendule.

Quand l’homme élève ses fréquences vibratoires en élevant parallèlement son niveau de conscience, il contribue ainsi à un mieux Être, une vision et pensée plus claires ainsi qu’un meilleur état de santé.
Il en est de même pour les plantes. Lorsque celles ci poussent sur un lieu faiblement vibratoire leur niveau de santé est faible, elles sont sujettes à des attaques de parasites et de maladies beaucoup plus fréquentes et importantes.
D’ailleurs dans la Nature, les prédateurs, de préférence, ne s’attaquent pas aux proies en bonne santé mais aux animaux les plus jeunes et les plus faibles.

Dans un premier temps nous allons faire l’état des lieux énergétique avec des géobiologues.
Ensuite nous allons travailler le lieu afin d’en élever le niveau vibratoire le plus possible. Nous pourrons voir ainsi l’état de santé de nos plantations sur le long et moyen terme.
Nous en vérifierons aussi l’impact sur la biodisponibilité des nutriments et besoins en eau de nos cultures.

.

 

 3- Electroculture

Nous avions déjà expérimenté les pyramides en cuivre, antennes et génèsa crystal sur le site urbain du jardin nourricier précédent ainsi que les ondes de forme. ( voir vidéo ).
Nous allons continuer cette expérimentation de façon plus empirique du fait que nous disposerons d’un plus grand espace permettant la mise en place de bandes “témoin “
afin de vérifier et quantifier nos résultats.

4- les Esprits de la Nature .

La Nature est avant tout Conscience et Intelligence. Cette Intelligence est orchestrée par tout un monde invisible que peuple les Esprits de la Nature. Ceux ci ont toujours fait partie des légendes et contes de fées mais ne sont pas sortis uniquement de l’imaginaire de l’homme.
Michaele Wright a longtemps travaillé avec eux et a relaté son travail largement documenté dans ses livres sur les jardins de Perelandra.
En lâchant notre toute puissance due à notre vision anthropomorphique du monde, nous pouvons reconnaître que l’homme ne sait bien souvent que détruire la Vie dans tout ce qu’il fait, ou dans le meilleur des cas, générer des déséquilibres.
Quand une parcelle de terre est abandonnée parce que plus suffisamment productive, la Vie revient d’elle même sur le lieu et l’équilibre va lentement se recréer.
Tout cela est fait avec l’aide des Esprits de la Nature.
Sans aucun apport extérieur la Terre va reprendre ses droits .
Certaines personnes aujourd’hui arrivent à communiquer avec les différents règnes, que ce soit les plantes, les arbres ou les animaux, avec des guides spirituels, ou avec les esprits de la Nature.
Il nous paraît plus judicieux de mettre notre Intelligence au service de la Nature et de cocréer avec elle, afin d’éviter de générer des déséquilibres; essayer plutôt d’apprendre de la Nature et  contribuer à remettre l’équilibre autour de nous.

Pourquoi ne pas envisager de mener cette expérience en cocréation avec eux.?
Pourquoi ne pas oser voir au delà de nos 5 sens ?
C’est ce que nous allons essayer de faire.

5- les jardins collectifs.

L’association mettra à disposition une zone dédiée à des jardins et verger collectifs.
Ainsi un travail sur le collectif, l’apprentissage du vivre ensemble et de mener un projet commun sera animé au cours d’ateliers, aidant à l’acquisition de connaissances et à la structuration de ce groupe.
Ce groupe sera totalement indépendant de notre asso, aura sa propre organisation et dynamique avec pour seule contrainte d’entretenir les terres selon un cahier des charges en biologique.

6- formations et bénévoles.

En plus des ateliers, des formations seront données sur la permaculture et la production familiale de spiruline par exemple.
Des ” zones écoles ” témoins permettront de mettre les connaissances en application sur des parcelles type de 500m2 ou 1000m2 transposables chez chacun tout en en mesurant la productivité.
Des bénévoles et woofers seront les bienvenus pour participer et collaborer à cette aventure.
Le but est de concevoir une autre façon de se nourrir,de consommer et de cultiver et de la partager avec le plus grand nombre.
Pour permettre cela des hébergements sont envisagés sur le lieu.

L’activité de recherche nécessite des moyens financiers . Voulant garder notre totale autonomie en matière de recherche, les formations qui seront organisées serviront à financer ces divers investissements.
Le bénévolat y contribuera en apportant une main d’œuvre non négligeable.

7- expérimentation professionnelle.

Il est aussi envisagé la possibilité d’accueillir un futur exploitant cherchant à réfléchir à sa future installation . Comme une couveuse d’entreprise elle permettrait à cette personne d’expérimenter différents types de culture, sans prendre de risques, sur une surface a définir ensemble

Souscrivez à notre Newsletter

Souscrivez à notre Newsletter

 

Rejoignez notre mailing list pour recevoir les dernières nouvelle de l'Asso Lumi

Vous avez bien été inscrit à notre newsletter